Leadership féminin et discrédit : comprendre ce qui bloque


enpuissancement / mercredi, avril 14th, 2021

Ophélie Latil fondatrice du cabinet DAMES OISEAUX explique les mécanismes d’invisibilisation qui créent un espace différentiel de participation des femmes à la vie publique, personnelle, professionnelle dans cette série de vidéos réalisée pour la Ville de Vannes.

L’invisibilisation est le processus qui fait disparaître une catégorie de personnes de l’espace de pouvoir, de savoir, du récit. Les mécanismes, quoique nombreux, se reproduisent à toutes les époques, sur tous les continents. Et quand on parle d’égalité, il faut bien savoir où dénicher invisibilisation pernicieuse qui fait disparaître partiellement ou totalement les femmes de l’espace public.

Pour comprendre, il est parfois utile de revenir bien en arrière, très précisément au XIIe siècle, où les fake news existaient déjà, avec des conséquences similaires. Et quel meilleur exemple que celui de la deux fois reine Aliénor d’Aquitaine (1) femme de pouvoir encore aujourd’hui décriée et constamment vilipendée pour avoir osé sortir de l’ombre de ses conjoints ?

« je me rappelle d’avoir parlé d’Aliénor d’Aquitaine sur le plateau d’un très grand média français. Deux invités en face, très hostiles, conspuaient cette personnalité à qui ils attribuaient notamment la Guerre de Cent ans ! Une aberration pour qui connaît l’Histoire, mais qui ne vient pas uniquement de la méconnaissance… »

Point en 3 minutes sur un mécanisme d’invisibilisation que vous connaissez toutEs très bien : la diabolisation et le discrédit, que l’on retrouve facilement dans le harcèlement scolaire ou les relations de travail. Surtout quand le chef est une cheffe !

Comprendre la diabolisation des femmes de pouvoir avec
Aliénor d’Aquitaine

Second exemple : l’absence de trace écrite. La mémoire et la visibilité appartiennent à ceux dont la mémoire est retracée, conservée, archivée, rappelée. Nannerl Mozart (2)est le premier enfant prodige d’une célèbre famille que l’on oublie toujours. Si elle casse le mythe du génie « exclusivement masculin », difficile de dire si ses compositions étaient de la même qualité que celles de son frère : son père les a toutes détruites par mesure punitive. La musicienne, empêchée par sa famille de vivre son rêve, a lâché prise. Un modèle qu’il est important d’avoir en tête, car l’égalité ne se crée pas uniquement en valorisant des modèles de femmes puissantes et qui n’en ont fait qu’à leur tête mais sans doute en analysant les mécanismes qui l’empêchent.

Nannerl Mozart, l’autre prodige empêchée

Enfin, dernière et non des moindres, George Sand (3), femme politique qui oeuvre à l’avènement de la démocratie mais reste cantonnée dans le récit de l’histoire à ses pantalons, ses romans champêtres et ses amants. Ecrivaine prolixe, engagée, exilée volontaire… Cela ne vous fait pas penser à un autre auteur romantique porté aux nues, qui a son nom de rue dans chaque ville ?

George Sand, derrière le récit de l’histoire, la femme de pouvoir

Lors de ses interventions sur l’invisibilisation, Ophélie Latil explique les mécanismes qui effacent les femmes de la mémoire collective, en s’appuyant sur la typologie qu’elle développe dans l’ouvrage collectif Ni vues ni connues (Hugo et cie 2017 / Pocket 2019).

Ces structures ont déjà sollicité des ateliers et conférences sur ce sujet et ses répercussion dans l’environnement RH :

  • General Electric
  • Département des Yvelines
  • Mairie de Vannes
  • Mairie de Champigny
  • Strasbourg Eurométropole
  • Fondation Chanel
  • Sciences Po au féminin
  • Région Occitanie
  • Incubateurs d’entreprises : Ile de France, Nouvelle Aquitaine, Bretagne